Coco Masombika Stylist

ARTICLE PAR NO COMMENT

Coco Masombika : T’as le look Coco !

Elle, c’est Coco Masombika, littéralement « grappe de noix de palmier ». Un des rares artistes-stylistes malgaches qui se soient fait un nom dans la mode éthique. Elle vient de présenter en mars sa collection automne-hiver « Y et Mimy » lors de la Fashion Week de Paris, à l’espace Anggy Haif.

La styliste Coco Masombika

La griffe de Coco Masombika – Michèle Voahangy Rafidison pour l’état-civil, est ancrée dans ce qu’elle appelle l’« artisanale couture ». Une tendance insaisissable qui mixe savoir-faire traditionnel et innovation technique. Quant l’artisanat et l’art se saluent dans l’univers de Coco, cela donne des modèles éclectiques avec des assemblages – souvent inouïs – de couleurs, motifs et matières.

Dans sa ligne « Y », les créations se démarquent par les formes et volumes inspirés de la fraîcheur et du dress-code des jeunes d’aujourd’hui : capuchon, bonnet, veste ample, sac en bandoulière, etc. Les pièces sont rehaussées par des matières naturelles : cuir de zébu, soie artisanale, coton écru, fibres végétales, etc. « Les jeunes d’aujourd’hui sont confinés dans un monde virtuel. C’est le message que j’ai voulu transmettre à travers cette collection. »

Quant à la ligne de prêt-à-porter Mimy , c’est le fruit de son travail avec l’artiste plasticienne belge Myriam Merch, connue par son sens aigu de l’absurde et du burlesque, via la figuration libre. C’est dans son atelier + laboratoire + show-room de Toamasina que Coco Masombika expérimente, crée et recrée. Jusqu’à ouvrir en 2005, une galerie d’art, Originale, qui met en avant le Vita Malagasy.

« Ma principale inspiration réside dans les matières qu’elles soient naturelles ou recyclées. » Allant des matières naturelles (pigments, coton lin, laine, soie de mûrier) aux matières récupérées (fils de cuivre, emballages en alu, collerettes de bouteilles de vin, pneus, chambres à air), Coco crée comme elle respire… avec naturel. Sa devise : « faire de la mode autrement avec beaucoup de réflexion sur les impacts environnementaux et sociaux. »

Son engagement éthique lui a valu le trophée du meilleur styliste en 2011 lors de la formation design de mode Naturellement urbain pour ensuite participer au salon de la mode éthique Ethical Fashion Show en septembre 2012 au Carrousel du Louvre à Paris. « Ce fut le coup d’envoi de ma carrière internationale. Des relations d’affaires se sont vite tissées avec l’étranger. J’ai également été ravie de participer à l’exposition Patrimoine & mode éthique à Paris en 2016, à l’issu duquel j’ai signé un contrat d’accompagnement et de promotion avec l’espace Anggy Haif pour deux ans. »

Contre-partie de ce succès, Coco Masombika compte être membre du Syndicat international des couturiers et créateurs de mode. En parallèle, elle continue de travailler dans la recherche des matières de demain pour une mode à la fois contemporaine, esthétique et responsable en mettant en valeur les savoir-faire traditionnels malgaches, méconnus parfois des Malgaches eux-mêmes.

#PriscaRananjarison

 

Articlie publié par No comment en avril 2017
http://www.nocomment.mg/coco-masombika-tas-le-look-coco/

 

1 Like

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *